Oubliez la « work-life balance », place aujourd’hui au « work-life blending »

Bien loin de faire l’unanimité, le terme « work-life balance » appartient au vocabulaire de base des RH depuis des années déjà. Ce mot à la mode est utilisé consciemment par les recruteurs pour suggérer aux collaborateurs potentiels un équilibre entre le travail et la vie privée. Cependant, la séparation stricte entre le travail et la vie privée est de plus en plus remise en question : les frontières s’estompent, vie privée et vie professionnelle se mélangent et un nouveau terme est en train de s’imposer. Que se cache-t-il derrière ce nouveau concept ?

Work-Life

La work-life balance encore très ancrée dans l’esprit des employés

D’après un sondage mené cette année par JobCloud en collaboration avec l’institut LINK, 80 % des salariés interrogés admettent qu’ils placent un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle en priorité par rapport à leur carrière. Parallèlement, seuls 40 % ont souligné que leur carrière leur était très importante. Ces résultats montrent d’une part que la séparation entre travail et temps libre est toujours aussi importante aux yeux des collaborateurs, et d’autre part que la carrière et la vie privée sont souvent placées en opposition. En effet, le terme « work-life balance » sous-entend une séparation stricte du travail et de la vie privée, comme si le temps libre était la partie agréable de la vie et le travail la partie pénible et nécessaire. Dans de nombreux cas, cette conception des choses ne correspond plus à la réalité.

Work-life blending plutôt que work-life balance

Dernièrement, on entend de plus en plus parler du concept de work-life blending. Selon ce modèle, vies professionnelle et privée se mélangent et les parties « work » et « life » fusionnent. Si besoin, les collaborateurs commencent le travail plus tard, prennent une pause de midi plus longue ou fixent des rendez-vous privés l’après-midi et le travail à domicile est monnaie courante. En retour, on exige d’eux qu’ils soient disponibles tard le soir, qu’ils répondent aux emails partout et à tout moment et qu’ils soient atteignables pendant le week-end. Ainsi, une réunion pourrait très bien être fixée en plein milieu des vacances et la reddition d’un projet devrait être prioritaire sur la vie de famille.

Ce blending – mélange en anglais – accorde aux collaborateurs plus de liberté et de marge de manœuvre. Ils peuvent facilement régler leurs affaires privées pendant les heures de travail sans avoir mauvaise conscience et profiter de la possibilité de répartir leurs tâches comme ils l’entendent. Cependant, la pression est bien plus intense. Discipline et responsabilité sont indispensables pour pouvoir livrer les performances attendues et ne pas succomber à la tentation de placer le travail au second plan, au profit du temps libre. Tout le monde ne supporte pas cette pression et n’est pas en mesure d’organiser son travail pour pouvoir l’accomplir en temps et en heure. A l’inverse, certains peuvent oublier leur besoin de se reposer et de faire des pauses. Il est presque impossible de décrocher, ce qui peut provoquer des problèmes de santé.

Les entreprises comme Google fonctionnent déjà selon le modèle du work-life blending et sont fières de leur culture d’entreprise ouverte. Cependant, elles attendent aussi énormément de leur personnel. Ce modèle est particulièrement intéressant pour les employeurs car ils peuvent exiger plus de flexibilité de leurs collaborateurs en raison des libertés qu’ils leur octroient et peuvent compter sur eux en permanence. En effet, le travail devient partie intégrante de la vie quotidienne.

Plus question donc de séparer « work » et « life ». Aujourd’hui, on est parvenu à une sorte d’unité où les frontières disparaissent. Il faut tout de même penser aux risques et aux dangers mentionnés plus haut. De plus, il existe de nombreux secteurs où il est absolument impossible de fusionner vie privée et travail. Les métiers manuels en particulier exigent une présence physique à des heures bien définies.

En conclusion, le work-life blending est une opportunité tant pour les employeurs que les salariés d’adopter un nouveau modèle de travail, mais il ne faut pas pour autant en oublier les inconvénients. Si ce modèle est envisagé, il est important de réfléchir en détail aux libertés octroyées par l’entreprise à ses collaborateurs et aux attentes qu’il est justifié d’avoir en retour. Il faudra encore un peu de patience, avant de pouvoir savoir si ce terme va réellement s’installer et quels sont les changements que le marché du travail va subir. Dans tous les cas, le work-life blending est une tendance à suivre de près.

Conseils RH & Checklistes
Découvrez les outils et les conseils pour vos recrutements

Recevez les dernières actualités RH: marché du travail en Suisse, conseils, check-lists, études, enjeux et événements RH.

S'INSCRIRE
xInscription à la newsletter

Rejoignez notre communauté ! Plus de 20’000 entreprises reçoivent régulièrement nos conseils RH pour leurs recrutements.

S'abonner à la newsletter