Blog > Baromètre salarial : après 55 ans, les augmentations de salaires se font rares (CP)

Baromètre salarial : après 55 ans, les augmentations de salaires se font rares (CP)

Secteur professionnel et âge, deux paramètres essentiels en Suisse pour voir son salaire décoller

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Genève, le 29 septembre 2014

Pour sa troisième édition, le baromètre salarial de JobCloud SA, société de recrutement en ligne leader sur le marché suisse, jette un éclairage particulier sur le facteur de l’âge. Premier enseignement: la classe d’âge 25 – 44 ans bénéficie des plus grosses augmentations de salaires. Après 55 ans, les revenus ont tendance à stagner de manière générale.

JobCloud SA a analysé les dernières tendances en matière salariale en se fondant sur les données fournies volontairement par plus de 100 000 personnes parmi ses membres inscrits. Selon cette étude, on observe en Suisse les plus grandes progressions de salaires, en moyenne 22%, entre la classe d’âge 25 – 34 ans (salaire moyen de CHF 74 700) et 35 – 44 ans (salaire moyen de CHF 91 500). Lors du passage à la classe d’âge suivante, soit 45 – 54 ans (salaire moyen de CHF 100 000), la progression salariale est de seulement 9%. Enfin, à partir de 55 ans, les revenus stagnent, et ce, quelle que soit la profession choisie.

« Cette étude montre que la progression de salaire à partir de 45 ans n’est pas si élevée. Ceci vient contrer la théorie relativement répandue selon laquelle les salariés plus âgés perçoivent des rémunérations salariales largement plus importantes », commente Frédéric Gaiani, directeur de JobCloud SA pour la Suisse romande, société de recrutement en ligne leader sur le marché suisse de l’emploi, à laquelle appartiennent les plateformes jobs.ch et jobup.ch.

Le secteur professionnel, un facteur déterminant
Les salaires ne progressent toutefois pas de la même façon selon la branche. En effet, dans le secteur Construction / Architecture / Ingénierie, les augmentations de salaires ont tendance à être plus faibles et ne dépassent guère les 10%. Abstraction faite de la première hausse de salaire de 13% entre la classe d’âge des moins de 25 ans (moyenne de CHF 58 600) et celle des 25 – 34 ans (moyenne de CHF 66 200), toutes les augmentations lors du passage d’un groupe d’âge à un autre ne dépassent pas les 10%:

  • de 35 à 44 ans, 10%
  • de 45 à 54 ans, 4%
  • après 55 ans, 8%.

Dans le secteur Marketing et Communication en revanche, les salaires enregistrent une forte progression de l’ordre de 34% entre 25 et 44 ans:

  • de CHF 81 100 en moyenne entre 25 à 34 ans, on passe à CHF 108 700 en moyenne dans la tranche d’âge 35 – 44 ans.

Cette hausse sensible peut s’expliquer par le faible niveau des salaires de départ dans la branche. Par contre, les salaires stagnent à partir de 55 ans.

Dans le secteur Chimie / Pharmaceutique / Biotechnologie, les employés d’âge mûr ont en revanche encore de bonnes chances de voir leurs revenus augmenter.

  • Entre 45 et 54 ans (salaire moyen de CHF 106 200), les salaires sont 18% plus élevés que dans la classe d’âge 35 – 44 ans (salaire moyen de CHF 90 200), soit une différence nettement plus importante que chez les salariés du même âge dans d’autres secteurs.

Evolution salariale

 

 

Facteur âge: les supérieurs hiérarchiques gagnent plus

Sans surprise, les supérieurs hiérarchiques gagnent plus que leurs collaborateurs, toutes classes d’âge confondues. En revanche, curieusement, l’écart entre les supérieurs hiérarchiques et les collaborateurs n’ayant pas de fonctions dirigeantes n’augmente que légèrement d’une classe d’âge à l’autre. Les supérieurs hiérarchiques gagnent, entre 25 et 34 ans, environ 15% de plus que les collaborateurs n’ayant pas de fonctions dirigeantes. Lors du passage à la classe d’âge 35 – 44 ans, cette différence s’établit à 17% et reste constante à 19% à partir de 45 ans.

La méthode

Plus de 100 000 personnes ont déjà utilisé le comparateur salarial et mis à disposition des données sur leur rémunération. Outre le salaire brut, JobCloud SA recense aussi les bonus, la participation à la marche de l’entreprise et d’autres avantages sociaux, comme la mise à disposition d’une voiture de fonction ou d’un téléphone portable. Les valeurs extrêmes des deux côtés du spectre salarial n’ont pas été retenues. Afin d’autoriser une comparaison salariale aussi pertinente que possible pour les salariés, la carrière et le niveau de formation sont aussi pris en compte. Le baromètre salarial garantit l’anonymat absolu des participants, étant donné qu’aucune donnée n’est reliée à des noms d’employeurs ou à des informations sur les salaires.

Téléchargez le communiqué de presse complet en cliquant ici

 

Related Posts

Le travail à temps partiel : un modèle qui vaut la peine pour les entreprises
Julie Martin : la boucle est bouclée