Blog > Julie Martin et la sortie d’entreprise meurtrière

Julie Martin et la sortie d’entreprise meurtrière

Julie est bouche bée lorsque le car réservé spécialement pour les collaborateurs de l’entreprise Bentex s’arrête sur une grande place recouverte de gravier, au pied d’une colline coiffée d’un château. Elle reconnaît de loin M. Bentelson, le propriétaire de l’entreprise, debout sur un petit tabouret au centre de la place.

doris-dinkel-juni-2016-1024x443

Julie ne sait pas à quoi s’attendre ; le suspense est insoutenable. Une fois tous les collaborateurs sortis du car, M. Bentelson prend enfin la parole. « Bienvenue à notre sortie d’entreprise ! Avant de vous révéler ce que nous allons faire aujourd’hui, j’aimerais remercier chaleureusement tout le personnel des départements de production et de distribution. Ces dernières semaines, vous avez tout donné pour qu’on puisse se permettre de suspendre la production pendant la journée. Mais je ne veux pas vous tenir en haleine plus longtemps. Dans cette caisse, vous trouverez toutes sortes de costumes, choisissez-en un qui vous plaît. » Julie choisit une magnifique robe de bal dans les tons lilas. Une étiquette est attachée au col : « La Comtesse ». Avant que Julie ne puisse demander pourquoi ils doivent revêtir ces costumes, M. Bentelson monte de nouveau sur son tabouret. « Aujourd’hui, nous allons faire un jeu de rôle. Chacun a un rôle bien précis qu’il devra jouer toute la journée. A cette fin, je vais vous distribuer une feuille avec la description des personnages. Je peux déjà vous le révéler : il y a eu un meurtre. Feu le Lord Ashterville a été retrouvé poignardé dans son château. Nous sommes tous suspects, c’est pourquoi nous avons été convoqués à un interrogatoire sur les lieux du crime, au château de Hohenstein. L’expérience sera agréable car nous aurons droit à une visite guidée du château et de sa distillerie. Avec dégustation, évidemment. Ce soir, nous souperons également au château. Au cours de la journée, vous trouverez des indices qui devraient nous mener avec un peu de chance jusqu’au meurtrier. Amusez-vous bien et je vous laisse entre les mains de Sonia, notre comptable, alias Lady Winifried. Aujourd’hui, je serai George, le valet de Lady Winifried. » Peter Bentelson, alias George le valet de chambre, attrape un plateau d’argent et s’approche du petit groupe autour de Julie et de Sonia. « Lady Winifried, votre carrosse vous attend », dit-il, en s’inclinant. Un pouffement de rire parcourt le groupe, qui se dirige vers le carrosse. Le car, en réalité.

Le car s’arrête devant les portes du château, où trois guides en costumes les attendent. Les collaborateurs de Bentex se séparent en trois groupes pour commencer la visite guidée. Julie et son mari Jonas se trouvent dans le même groupe que Tanja, la réceptionniste. Les autres membres travaillent dans d’autres départements, dont la production et la distribution, mais Julie ne les a jamais croisés auparavant. Durant le trajet, Julie n’a parlé qu’avec Sonia et Romain, avec qui elle travaille. Cette visite guidée est l’occasion parfaite d’apprendre à connaître d’autres collaborateurs de Bentex.

La distillerie derrière le château est la dernière étape de cette visite instructive. C’est là que se rejoignent tous les groupes. Pendant la visite, Julie et Jonas ont fait la connaissance de Hans, qui travaille à la distribution, et de sa femme, Caroline. Ils se sont tout de suite bien entendus et Julie les a présentés à Sonia, dès leur arrivée à la distillerie. Puis Sonia leur a présenté Louis, qui, à plus de 50 ans, travaille à la production de Bentex depuis 23 ans déjà. Hans et Louis se saluent chaleureusement. Ils se connaissent déjà. « Qu’est-ce qu’il s’est passé chez vous le mois dernier ?, peste Hans. On a eu deux jours de retard parce que vous n’aviez pas terminé la production à temps. » Louis riposte immédiatement : « Tu ne sais pas de quoi tu parles, Hans ! Quand on ne reçoit pas les isolants pour câbles, on ne peut pas continuer la production dans les temps. Essaie voir d’expliquer ça au fournisseur. » Julie est stupéfaite : jamais encore elle n’a entendu de telles querelles dans l’entreprise. Finalement, Hans se calme et poursuit la discussion de façon plus civilisée.

Soudain, un guide s’approche de leur groupe. « J’ai une dépêche pour la Comtesse de Darkmore. » Julie lève la main. « C’est moi ! » Le guide lui donne une enveloppe cachetée. Julie l’ouvre avant de déplier la lettre. « Oh, un indice ! » s’exclame-t-elle excitée, puis lit à haute voix : « Chère Comtesse, je suis navrée de devoir vous importuner avec cet événement. Mais je ne saurais me pardonner, si je ne vous apprenais pas que je viens de conclure un pacte successoral avec George, le valet de chambre de la très estimée Lady Winifried. Votre cousin, Lord Ashterville, lui lègue tout son domaine. Je vous prie d’excuser ma franchise, mais je ne pouvais vous le cacher plus longtemps. Avec l’expression de ma considération distinguée, votre Lord J. de Cuttleton. » Julie reste coite : « Cuttleton ? Mais c’est Romain ! Ce pourrait être le mobile du meurtre. Il faut l’interroger. » Bien décidé à en savoir plus, tout le groupe se met à la recherche de Romain, le conflit autour des isolants pour câbles complètement oublié. Ils trouvent Romain dans le foyer, prêt à se mettre à table pour le souper. Lord Cuttleton, alias Romain, joue pleinement son rôle. Il se repentit de l’indiscrétion de sa lettre, mais refuse de s’exprimer plus longuement sur le sujet. Il semble sous pression. Quelqu’un le ferait-il chanter ? Et puis, le valet de chambre, plus connu sous le nom de Peter Bentelson, le suit comme son ombre. Pendant le repas, chacun fait part de ses soupçons. Enfin, quand une bonne annonce qu’elle porte l’enfant illégitime de Cuttleton, ce dernier craque. Il avoue toute l’affaire. Le valet de chambre de Lady Winifried est au courant et le fait chanter. Voilà pourquoi il a falsifié le testament de Lord Ashterville et favorisé son maître chanteur. L’étau se resserrait, il a donc été contraint de tout avouer, avant même le dessert.

Dans de nombreuses firmes, la sortie d’entreprise est reléguée au rang de tâche pénible et sa fonction initiale est souvent oubliée. En réalité, elle favorise l’esprit d’équipe au sein de l’entreprise et donne la possibilité aux collaborateurs de se rencontrer hors des rôles qu’ils endossent au bureau. C’est aussi l’occasion pour l’entreprise de montrer son estime au personnel. Chez Bentex aussi, tout n’allait pas comme sur des roulettes, mais une sortie d’entreprise offre suffisamment d’espace pour mettre à plat les désaccords et favoriser l’entente. Nous l’avons vu, cela a bien fonctionné pour Hans et Louis.

 

Christoph Jordi est fondateur et CEO de DoD!fferent et auteur de la chronique mensuelle « Doris Dinkel ». DoD!fferent propose des conseils stratégiques et met l’accent sur la marque employeur. Christoph Jordi enseigne également à l’Institut suisse pour l’économie d’entreprise où il s’occupe de la formation Cert. Employer Branding.

Related Posts

Julie Martin : la boucle est bouclée
Conférence "Marque employeur - Comment mieux recruter en 2017"