Recrutement: Quels secteurs tutoient le plus ?

Cela fait bien longtemps que Swisscom n’est plus la seule entreprise qui tutoie ses potentiels nouveaux collaborateurs dans ses offres d’emploi. Dans le cadre de notre étude « JobCloud Market Insights », que nous publions chaque année en collaboration avec la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), nous avons analysé le contenu textuel de plusieurs centaines de milliers d’offres d’emploi publiées sur les plateformes jobs.ch et jobup.ch. L’un des axes d’analyse était l’utilisation du tu/vous et de formules inclusives. La période d’observation était l’année 2018.

Une large majorité des employeurs vouvoient toujours leurs candidats. Les secteurs qui se montrent les plus conservateurs sont la technologie médicale, le conseil en ressources humaines et la formation. De l’autre côté du spectre, on retrouve le domaine des médias, qui tutoie le plus souvent ses potentiels nouveaux collaborateurs.

 

La formation et l’administration publique: modèles en termes de langage inclusif

La formation et l’administration publique sont les secteurs qui formulent le plus souvent leurs offres d’emploi en incluant les deux sexes. Il est possible que ces secteurs aient un rapport plus conscient au langage parce que les deux sexes y sont représentés de façon plus ou moins égale au quotidien. Le fait de s’adresser aussi au troisième sexe, comme l’imposent certains pays, était une pratique très rare en Suisse en 2018. A l’inverse, les offres d’emploi dans les domaines de l’informatique/des télécommunications et de l’agriculture/la sylviculture contiennent rarement des termes spécifiques en ce qui concerne le genre.

 

Conseils RH & Checklistes
Découvrez les outils et les conseils pour vos recrutements

Recevez les dernières actualités RH: marché du travail en Suisse, conseils, check-lists, études, enjeux et événements RH.

S'INSCRIRE
xInscription à la newsletter

Rejoignez notre communauté ! Plus de 20’000 entreprises reçoivent régulièrement nos conseils RH pour leurs recrutements.

S'abonner à la newsletter